Remise À Zéro

173 rue Castelnau Est

H2R 1P3, Montréal

Les principes de l’ostéopathie…

Elle est basée sur 4 principes :

1. L’unité de l’être
Une partie du corps affectée, veut dire un déséquilibre de l’harmonie du corps entier.

2. Le corps humain possède les moyens de combattre la maladie
Tendance naturelle du corps à un retour vers l’équilibre.

3. La structure gouverne la fonction
Dès qu’une structure commence à perdre de la mobilité, la fonction qu’elle est censée remplir pleinement est perturbée, diminuée entrainant un trouble fonctionnel.

4. Règle de l’artère
C’est le mouvement qui facilite l’acheminement des liquides dans les tissus. Toutes les cellules ont besoin d’êtres nourries et oxygénées.

En pratique…

Pour cela, l’ostéopathe utilise trois pôles :

Le structurel

Cela prend en considération les muscles, les fascias et les articulations

Le viscéral

Nous nous assurons des mouvements sains des organes les uns par rapport aux autres afin qu’ils puissent remplir leurs fonctions correctement.

Le crânien

Cette partie prend en compte les mouvements des os du crâne, de la face et du liquide céphalo-rachidien.

L’ostéopathie considère la personne dans son ensemble. Chaque individu est diffèrent et traine avec lui un bagage physique, psychologique et émotionnel qui fait de lui ce qu’il est.

 

Notre travail est donc d’intégrer la personne et son mode de vie dans les traitements afin de cibler la cause de ces problèmes (lésions) et de l’aider à retrouver son homéostasie (équilibre du corps) au plus proche de sa propre perfection.

 

Dans ma pratique j’apporte un intérêt particulier au suivi de mes patients à l’extérieur de la salle de traitement pour les aider à améliorer leur posture et leur condition physique dans le but d’être capable de faire face aux nombreuses sollicitations du corps lors des activités quotidiennes.

La cause de la lésion primaire fait souvent partie d’un tout, d’un ensemble.

C’est pour moi le début du travail d’ostéopathe, considérer la personne dans son ensemble, c’est-à-dire le corps et l’esprit. Qui elle est à l’extérieur de notre salle, son mode de vie, son approche psychologique et émotionnelle face aux différentes situations. Cela afin de pouvoir traiter la personne dans son ensemble et non juste le symptôme le plus évident.

Il est primordial d’instaurer une relation de confiance avec le patient. Cela passe par l’écoute, l’empathie et le soutien moral de celui-ci. Parfois cela veut dire écouter le patient plus que le traitement physique proprement dit. Nous avons un rôle de prévention et d’éducation du patient, un peu comme un enseignant.

 

Mon but dans ma pratique est de rendre mes patients autonomes. Pour cela il est important d’analyser leur mode de vie afin de déterminer la ou les causes de leurs troubles physiques afin de les conseillers sur les mesures à prendre à l’extérieur de notre salle. Cela peut passer par des conseils d’hygiène de vie comme la nutrition, les exercices physiques ou simplement de l’encouragement à faire ce dont ils ont besoin pour se sentir mieux. Un encouragement qu’ils ne trouvent pas forcément chez eux. Évidemment, les conseils sont dans la mesure de nos compétences ou bien il est de notre devoir de les référer si cela s’avère nécessaire.

 

Je dis souvent que ma pratique est familiale, et pour cause, la quantité de patients que je vois, ce n’est pas ce qui compte mais le temps de qualité que je peux leur accorder pour qu’ils n’aient plus besoin de me voir. En aucun cas j’approuve « l’abonnement » aux traitements. Je pousse le patient à faire ce qui est nécessaire pour qu’il puisse se sentir bien dans sa peau grâce à son équilibre de vie.